Ne nous y trompons pas, la bonne parole chez les Wriggles ne correspond pas vraiment à l’idée habituelle que l’on s’en fait…. L’humour, l’ironie, le sarcasme,  la caricature remplacent avantageusement le bon sens, le paternalisme, le conformisme et leur permettent de croquer les travers et les attitudes des citoyens que nous sommes. Les textes parfois ravageurs souvent désopilants sont chantés sur des mélodies entraînantes.

" Pour qui aime ranger les artistes par catégories bien définies, les Wriggles sont un vrai casse-tête, qui ne s’arrange pas avec le temps. Ils sont, avec un talent égal, à la fois auteurs, compositeurs, chanteurs, musiciens et comédiens. Leurs chansons prennent la forme de sketches, elles sont drôles, violentes, tristes, mélancoliques, dérisoires, engagées, joyeuses, absurdes et, parfois, tout ça en même temps. Leur
univers est fait de pètages de plombs, de tragi-comédies sociales, d'échappées poétiques, d'histoires d'amour qui commencent bien et finissent mal, quelquefois l'inverse. Il arrive aussi qu'elles ne commencent même pas. Leurs personnages sont des braves gens, des salauds, des psychopathes, des doux dingues, des victimes, des bourreaux, des quidams, des ex-stars des eighties, des olives, des belettes... Ils font les guignols, des vocalises, de la musique de djeuns avec la bouche, des acrobaties imbéciles, des chorégraphies élaborées, ils hurlent, ils chuchotent, ils grimacent. Les yeux braqués sur l'actualité,  à l'affût de l'air des temps qui changent, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, ils sont toujours modernes mais jamais branchés.
Pour qui ne rêve que de simplicité et de pureté, les Wriggles sont un cauchemar. Pour les autres, ceux qui se reconnaissent inévitablement dans les histoires qu’ils racontent, ceux qui savent que le monde n’est qu’un vaste immeuble et qu’on est tous plus ou moins voisins de palier, locataires en sursis à la merci d’un syndic qui a l’obsession de la rentabilité, ils sont un petit bonheur, qui a bien grandi, lui aussi. "   Gérard Biard